Garous #1

Tome 1 : La caste des ténèbres

de Jean-Charles Gaudin, D’Fali et Jean-Jacques Chagnaud, éditions Soleil, 2009, ISBN 978-2-30200-743-7, 14.50 €

L’histoire :

loups-garous Moyen-Âge fantastique quête vengeanceTanaris est un jeune bûcheron. Un soir, alors qu’il rentre chez lui, il croise un groupe de cavaliers lancés au galop. Craignant un malheur, il se hâte et découvre sa femme massacrée. Sa fille est indemne, cachée derrière un meuble, mais alors qu’il la croit sauvée, une bête monstrueuse les attaque. Lorsqu’il reprend connaissance, grièvement blessé, il constate qu’il est le seul survivant. Recueilli par des membres de sa famille, il finit par guérir, mais le drame le hante, d’autant qu’il ne tarde pas à se transformer lui aussi en créature de cauchemar…

Chronique :

Voici une série que je suis depuis ses débuts et dont le premier tome m’avait bien accrochée. Je regrette d’ailleurs le changement de couverture par rapport à la première édition (2000), sûrement pour des raisons marketing, car elle ne mettait pas en avant que le côté bestial (les six couvertures sont plutôt répétitives désormais), mais montrait bien la double nature des protagonistes et le déchirement qui peut en résulter. Jusqu’au tome 4 inclus, mes couvertures sont différentes, et d’ailleurs la nouvelle du tome 1 est celle de l’ancien tome 4…
Pour ce qui est de l’histoire, si elle n’a rien de très original concernant les loups-garous, elle n’en est pas moins prenante justement par ce côté humain que j’évoquais. Tanaris se retrouve catapulté malgré lui dans un univers de sang et de violence, la métamorphose et ce qu’elle fait de lui l’horrifient, et il n’est pas un meurtrier dans l’âme. Toutefois, malgré ses efforts, il ne parvient pas à contenir la bête. Heureusement, il rencontre un homme qui sait comment tout a commencé, qui nous le raconte, et qui pourrait bien jouer le rôle de mentor pour l’aider à contrôler ses pulsions. Il s’agit d’une double quête, celle d’une maîtrise de ce nouveau moi, mais aussi celle du meurtrier et instigateur de la caste des ténèbres, Altis. Car ce dernier est un tueur sadique, qui adore utiliser la puissance que confère la métamorphose.
Ce tome 1 pose donc le décor, et sa fin est faite pour donner envie d’aller lire la suite puisque nous quittons Tanaris en mauvaise posture, de même que son mentor.
Bref, voici une série qui m’a intéressée à sa sortie car elle met en scène des garous, sujet assez peu traité par rapport au vampire ou au dragon, et met bien en lumière le déchirement, les bouleversements dus à la transformation, et ses conséquences. Une manière de traiter de la maîtrise des pulsions, quelles qu’elles soient.

Autres titres de la série :

Tome 2 : Alissia (chronique)
Tome 3 : Le cloître des damnées (chronique)
Tome 4 : Altis (chronique)
Tome 5 : Les Holtons
Tome 6 : Sandra Morgan

Le 31.01.2018

 

Publicités