Cainsville #1

Tome 1 : Mauvais augures

de Kelley Armstrong, éditions Bragelonne, 2014, ISBN 978-2-8205-1582-7, 12.99 € en e-book ou ISBN 978-2-35294-753-0, 23 € en version papier.

L’histoire :

Alors qu’elle s’interroge sur son avenir, Olivia découvre qu’elle a été adoptée et qu’elle est en réalité la fille de deux tueurs en série. Tandis que sa famille adoptive ne la soutient pas vraiment et qu’elle se débat pour échapper aux journalistes, la jeune femme fuit dans une petite ville qu’un vieux monsieur lui a conseillée en remerciement de son aide. Déterminée à se débrouiller seule et à y voir plus clair sur son identité, Olivia accepte l’aide d’un avocat, Gabriel, pour rencontrer sa mère biologique. Celle-ci lui demande de confier son dossier à des associations de défense des droits, afin que son procès soit révisé, car elle jure être innocente, comme son mari. Or,Olivia commence à douter avec les souvenirs qui lui reviennent en mémoire…

Chronique :

Avec ce roman, j’étais très curieuse car j’ai adoré la série de l’autrice Femmes de l’Autremonde. Elle crée des personnages avec une vraie personnalité, riches et complexes, et ce n’est pas différent dans ce premier volume d’une série que Bragelonne n’a malheureusement pas poursuivie.
Olivia, qui s’appelle aussi Eden, est une jeune femme qui semble avoir tout pour réussir et vivre comblée, jusqu’à ce que des journalistes indélicats fassent basculer son existence et se comportent en vautours. Abandonnée par sa mère adoptive incapable de gérer le cirque médiatique, Olivia doit se débrouiller par elle-même et prend sa vie en main. C’est une longue quête qui commence, d’identité, de vérité, et d’adéquation avec soi-même. Olivia est intelligente, son père adoptif lui a appris de nombreuses choses, et elle est volontaire pour s’en sortir. C’est un personnage de femme forte, qui se bat même quand elle est fragilisée, et qui ne voit pas les choses en noir et blanc. L’autre personnage pilier de ce roman est Gabriel, l’avocat, très loin des clichés habituels et complexe lui aussi, notamment en raison de son vécu. L’enquête qu’ils vont mener est passionnante, bien construite, pleine de rebondissements.
Elle est également l’occasion d’épingler l’attitude de certains dans leur profession, qu’ils soient journalistes, avocats ou médecins… De même, Olivia sert à interroger un certain conservatisme, dans lequel la carrière politique est pour l’homme tandis que la femme se doit d’être l’épouse dévouée qui le soutient et qui oublie sa propre carrière…
La toile de fond historique sur laquelle l’intrigue prend appui est intéressante, le projet MKultra, et le récit flirte régulièrement avec un fantastique discret mais présent. L’autrice ne se laisse pas aller à la facilité avec le folklore celtique, et j’ai eu le sentiment qu’elle faisait un clin d’œil au lecteur par rapport à son travail dans Femmes de l’Autremonde, par l’intermédiaire du personnage de Patrick. Ce dernier est en effet écrivain, écrit de la romance paranormale, et il affirme la qualité de son travail en évoquant la quantité de recherches et de documentation qu’il a compulsées pour ses romans.
Enfin, le rythme est très bien dosé, le récit nous tient en haleine, et on a du mal à lâcher le roman jusqu’à la fin.
Bref, c’est un bon premier tome, qui met en place les personnages et l’univers dans lequel ils évoluent, notamment Cainsville, et on aurait envie de savoir comment se poursuivent les aventures d’Olivia/Eden et Gabriel, ainsi que de connaître l’identité de ceux qui se cachent derrière les corbeaux et les chiens…

Le 12.02.2021