Les dossiers Dresden #1

Tome 1 : Avis de tempête

de Jim Butcher, éditions Milady

L’histoire :

Dresden 1Harry Dresden est un magicien. Un vrai. Enregistré dans les pages jaunes, c’est un fauché qui racle les fonds de tiroirs pour payer le loyer du mois passé. Ce n’est pas un signe d’incompétence, simplement d’incrédulité. La plupart des gens pensent à une arnaque en voyant sa plaque. Alors qu’il s’attelle à une affaire de disparition qui lui semble banale, la police le mobilise pour des meurtres surnaturels. Quand s’y ajoute une journaliste têtue, sexy en diable, la Blanche Confrérie, le parrain du coin, les vampires et que l’assassin décide d’avoir sa peau, les choses se compliquent. Dresden n’a que quelques jours pour trouver le fin mot de l’histoire et prouver qu’il est innocent. Étant le seul magicien déclaré dans la ville, il fait un suspect idéal.

Chronique :

Voici un livre que j’ai déjà lu, ainsi que les tomes suivants, et ayant eu envie d’un moment de détente, je l’ai retrouvé avec plaisir.
D’emblée, le personnage est posé. Harry renvoie irrésistiblement aux films noirs des années 40-50, d’autant que même s’il évolue dans notre monde moderne, la technologie et lui sont quasiment incompatibles. En conséquence, il se retrouve à utiliser celles des années en question, s’éclaire à la bougie, se chauffe au feu de cheminée et arbore un vieux trench-coat. La référence est immanquable, surtout lorsque s’y ajoutent certains personnages secondaires ou certains lieux : Johnny Marcone, le patron des gangsters de Chicago, Bianca, la tenancière de la Chambre de velours, maison close pour clients fortunés, le bar MacAnany et son propriétaire, Linda, la femme fatale… Bref, on plonge dans un univers délicieusement rétro, tout en restant à notre époque d’informatique et de modernité.
Le personnage est sympathique, adepte de l’auto-dérision et ne manque pas d’humour, ce qui ressort d’autant plus que la narration se fait à la première personne. Ses manières désuètes avec les dames collent à l’atmosphère créée par ses déboires avec la technologie, en revanche le style n’est rien moins que du langage oral retranscrit à l’écrit. Mais ce qui fait la richesse du livre, ce sont les petits détails et les personnages secondaires. Tout en jouant sur les codes et les clichés, l’auteur les réarrange à sa sauce et vient les compléter par des inventions qui enrichissent son univers. Bob et la Blanche Confrérie sont de bonnes trouvailles, et la présence de Morgan, gardien de ladite Confrérie, permet d’augmenter la pression pour pousser Dresden dans ses retranchements. De plus, les références à un passé mouvementé mais encore inconnu rendent Harry plus intéressant. Face à l’adversité, il prend de l’ampleur et son petit côté frondeur n’est pas pour nous déplaire.
Côté intrigue, on met un peu de temps à assembler les pièces du puzzle, même si on se doute de certaines choses dès le début. Les rebondissements -et les tuiles- se succèdent en cascade et on se demande quand Dresden va pouvoir souffler. Tout semble se liguer contre lui, le condamner à ne pas s’en sortir, comme dans tout bon film noir qui se respecte… Certaines ficelles peuvent sembler faciles, mais elles sont bien préparées et bien amenées, on ne les voit pas arriver. Jim Butcher boucle son histoire de manière à ce qu’elle tienne la route sans souci et nous divertisse. C’est réussi.
Bref, c’est un premier tome qui se lit bien, distrayant, et avec lequel on passe un bon moment, même en seconde lecture. Seul bémol, les coquilles, nombreuses.

Autres tomes de la série :

2. Lune fauve (chronique)
3. Tombeau ouvert (chronique)
4. Fée d’hiver (chronique)
5. Suaire froid (chronique)

Site de l’auteur : www.jim-butcher.com 

Dresden 2 Dresden 3 Dresden 4 Dresden 5

Publicités