L’autre côté des ombres #1

 

Tome 1 : Allowin Singulier-Weyrd

de Noëmie Auke, éditions MxM Bookmark, 2020, ISBN 979-1-0381-0094-7, 5.99 € en e-book ou ISBN 979-1-038-11217-9, 18 € en version papier.

L’histoire :

L'autre côté des ombres tome 1 Allowin Singulier WeyrdAllowin est un exorciste malgré lui, mais il a fini par apprécier son métier qu’il exerce de manière itinérante, et surtout le fait d’être libre de ses mouvements. Alors qu’il s’est éloigné de sa famille, il doit accepter l’héritage de sa grand-tante Ambroisie, laquelle hante sa boutique en l’attendant. Le voilà donc coincé à Bois-aux-Alouettes, et en remettant de l’ordre dans les papiers, il découvre un vieux pacte de sang qu’il doit continuer d’honorer. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Frédérick Cendrevent, dernier d’une lignée maudite. Il a alors fort à faire, d’autant que la malédiction du jeune homme n’est pas la seule qui requiert son attention !

 

Chronique :

Voici un roman d’urban fantasy MM que j’ai dévoré en une après-midi. Alors que l’on pourrait s’attendre à quelque chose d’assez classique vue la nomenclature employée pour les « monstres », l’autrice fait preuve d’une originalité assez subtile. Fantômes, revenants, poltergeists et autres créatures sont redéfinis dans leurs capacités, tandis que l’univers dans lequel évoluent les personnages est suffisamment décrit pour s’y retrouver, tout en conservant une dimension assez nébuleuse. Il ressemble à notre monde du XXe siècle, avant les smartphones, tout en y mêlant la magie et les êtres surnaturels, avec un passé qui a établi des clans et des lignées régissant l’aspect politique des choses.
Nous en découvrons le fonctionnement à travers la vision d’Owin, mais le récit se fait à la troisième personne et non à la première. Le personnage est sympathique, il se montre généreux et soucieux des autres, et se dépense sans compter pour leur sécurité.
Dans son univers, l’autrice a rendu certains objets conscients, doués de volonté et capables d’action, ce que j’ai beaucoup apprécié. De même, la manière dont Owin travaille est originale, même pour sa famille, et permet au lecteur de visualiser les choses puisqu’il agit avec des craies.
Autre point positif, même s’il y a des sentiments qui se développent entre les deux personnages, cela reste discret, sert le récit plutôt que d’estomper l’intrigue. Péripéties et énigmes parsèment l’histoire, et les résolutions se font au fur et à mesure, ce qui n’empêche pas le roman de nous tenir en haleine.
Étant installé dans un petit village de campagne, Owin est une sorte de référence en matière de surnaturel, et on s’adresse à lui au moindre soupçon d’intervention magique. Il ne manque donc pas de travail en plus de la malédiction de Frédérick, laquelle est un gros morceau.
On ne s’ennuie pas, on apprécie le déroulement de l’histoire, tout comme la découverte des personnages. La famille d’Owin est haute en couleur, et malgré les divergences, elle est unie. À l’opposée, Frédérick est seul, le dernier de sa lignée, avec pour seule compagnie Bleiz, et il n’a aucun espoir d’être délivré.
Bref, j’ai beaucoup apprécié ce premier tome, il ne se contente pas de mettre en place un univers, et les différentes petites intrigues glissées dans la grande sont intéressantes. On suit les protagonistes avec plaisir, leurs découvertes, et si on peut regretter le choix final de Frédérick, il est également compréhensible. Ça ne peut donner qu’envie de lire la suite !

Autre titre :

Tome 2 : Frédérick Cendrevent

Le 31.03.2021