Kate Daniels #5

Tome 5 : Meurtre magique

par Ilona Andrews, éditions MxM Bookmark, 2017, ISBN 978-2-3757-4404-8, 5.99 € en e-book ou 20 € en version papier.

L’histoire :

Alors qu’elle se rend à sa nouvelle agence de détective, Kate est appelée à la rescousse par Ghastek à cause d’une vampire en cavale. Peu après, Renée, une Garde rouge, vient l’engager pour une affaire délicate où elle doit retrouver un ingénieur brillant et son appareil magique, sans savoir à quoi il sert. Toutefois, Kate se rend compte rapidement que Renée ne lui a pas tout dit, et que l’objet en question est particulièrement dangereux, surtout entre de mauvaises mains. Dans le même temps, étant la compagne de Curran, elle doit jongler avec les affaires de la Meute et le retour de Julie, qui a encore fugué de son établissement…

Chronique :

Comme dans les précédents tomes, avec celui-ci on n’a pas le temps de souffler et il est très difficile de le lâcher une fois commencé. L’intrigue est prenante, se déroule petit à petit, avec de multiples pistes qui se croisent et finissent par nous révéler le tableau dans son ensemble. Pour autant, une fois que nous savons vraiment de quoi il retourne, rien n’est résolu et c’est ce qui constitue toute la dernière partie du roman, la résolution finale. Je devrais d’ailleurs dire les résolutions finales, car il y en a deux, celle de l’affaire confiée à Kate, et celle qui concerne Julie.
Dans ce volume, Kate est égale à elle-même comme toujours, avec un caractère bien trempé et une tendance à la bagarre, cependant elle apprend petit à petit à jouer selon des règles différentes à cause de son nouveau statut. Étant la compagne officielle de Curran, il lui incombe de partager les responsabilités d’alpha, et tout ne se règle pas à coup de sabre ou de poing ! Elle apprend donc à la jouer fine, à contenir son tempérament explosif et s’oblige à plus de réflexion. Cette évolution est intéressante, et vues les séquelles physiques du tome précédent, c’est également une bonne chose pour elle. Tout corps a ses limites, et le sien ne fait pas exception, surtout qu’elle n’a pas les capacités régénératrices des métamorphes.
On retrouve les personnages que l’on connaît : Curran, Andréa, Derek, Grendel… et des petits nouveaux qui viennent encore enrichir la galerie, Evdokia notamment, qui donne à Kate des informations qu’elle n’imaginait pas sur sa mère, son passé et sa famille. C’est un mini-séisme pour notre héroïne, ce qui la pousse à se poser des questions sur sa relation avec Curran. N’étant pas du genre à se morfondre et à s’apitoyer sur son sort, elle finit bien évidemment par mettre les pieds dans le plat.
Un nouveau folklore apparaît également à l’occasion de cette enquête, russe cette fois, et il est tout aussi intéressant que ceux précédemment évoqués dans la série. L’issue du Conclave est aussi d’un grand intérêt, car elle débouche sur quelque chose qui ne s’est encore jamais vu (je vous laisse la découvrir 😉 ).
Bref, j’ai dévoré ce tome, il ne baisse pas en qualité par rapport aux autres, et si l’intrigue est moins alambiquée que pour certains, elle reste captivante et riche en suspense. Un plaisir !

Autres titres de la série :

Tome 1 : Morsure magique (chronique)
Tome 2 : Brûlure magique (chronique)
Tome 3 : Attaque magique (chronique)
Tome 4 : Blessure magique (chronique)
Tome 6 : Montée magique (chronique)
Tome 7 : Rupture magique
Tome 8 : Changement magique
Tome 9 : Lien magique

bit-lit mercenaire assassinat upir meurtres magie reproduction bêtes 2 Brûlure magique 3 Attaque magique

Le 06.09.2020