Insatiable #1

Tome 1

de Meg Cabot, éditions Le Livre de Poche, 2015, ISBN 978-2-2531-9505-4, 8.90 €.

L’histoire :

vampires bit-lit meurtres chasseur amour traque don pouvoir mortsMeena a un don qui lui empoisonne la vie : elle voit comment les gens vont mourir. Elle tente de les prévenir, mais on ne l’écoute pas… Dialoguiste pour une série télé à succès, elle espère une promotion pour laquelle elle a travaillé dur. Lorsqu’elle se la fait souffler par une collègue qui a des relations mais n’assure pas côté professionnel, elle voit rouge. S’ajoute à cela une invitation à une soirée de sa voisine de palier un brin envahissante, qu’elle ne peut refuser. Toutefois, elle y rencontre le séduisant Lucien, qui cache bien des secrets…

Chronique :

Voici un roman de bit-lit divertissant, qui se lit très facilement, mais dont la romance est cousue de fil blanc. On y retrouve un certain nombre de clichés, avec un prince charmant et monstrueux, ou monstrueux mais néanmoins charmant, qui sauve une demoiselle en détresse, et des personnages qui, pour certains, ne sont pas sans en rappeler d’autres de séries à succès (Sookie Stackhouse et son benet de frère par exemple). D’ailleurs, l’auteure s’est visiblement amusée à multiplier les clins d’œil, dont l’un des plus visibles et le choix des prénoms et nom des deux frère et sœur : Meena et Jon, pour Wilhelmeena et Jonathan, Harper, ce qui est très proche de Harker, le couple aux prises avec Dracula dans le roman de Stoker. Quant au personnage du chasseur, Alaric, il a un peu plus d’épaisseur que les autres, et son mentor constitue là encore clairement une référence au roman phare du vampirisme. Il n’est pas sans rappeler Van Helsing, avec qui il partage le même prénom.
Jusqu’aux deux tiers du livre, l’intrigue est plutôt prévisible mais se lit bien, et les choses deviennent un peu plus intéressantes dans le dernier tiers. La bataille dans la cathédrale est sans doute la scène la plus distrayante, avec des rebondissements et des éléments de surprise bien venus. L’humour n’est pas absent, loin de là, toutefois comme le reste, il ne fait pas particulièrement preuve d’originalité.
Bref, ce roman n’a visiblement pas d’autre prétention que de divertir le lecteur sans trop le fatiguer, ce qui est le cas. On passe un bon moment en sa compagnie, et il est bien dommage que les coquilles soient si nombreuses dans le texte.

Autre tome de la série :

2. Insatiable tome 2 (chronique)

chasse vampires don morts traque chasseurs amour bit-lit

Le 15.04.2016