Devils Line #10

Tome 10

de Ryo Hanada, éditions Kana, 2018, ISBN 978-2-5050-7129-7, 7.45 €

L’histoire :

Alors qu’ils se rendent à Onlo pour des raisons différentes, Tsukasa et Anzai s’y retrouvent en même temps. Le jeune homme rencontre sa mère, qui lève le voile sur ses origines, lui parle de son enfance et de son père, tandis que la jeune fille vient consulter la documentation du centre et ne sait par où commencer tant il y a de documents. L’un et l’autre apprennent qu’ils sont blanchis par la commission et qu’ils peuvent à nouveau se voir, ce qui leur permet de prendre conscience que la force de leurs sentiments n’a pas décliné. Il se retrouvent aussitôt, et explorent ensemble de nouveaux moyens de vivre leur relation pleinement…

Chronique :

Avec ce tome, l’auteur dévoile un peu plus les activités d’Onlo, par le biais des passages rétrospectifs racontés par la mère d’Anzai, ainsi que la situation des vampires dans la société. De même, l’évolution de cette situation au cours du temps nous est présenté, un éclairage que nous apporte Tsukasa par ses rencontres, recherches et réflexions.
Si la première grosse partie du tome se concentre sur le passé d’Anzai et ses parents, la seconde est consacrée aux retrouvailles des deux amoureux, et aux solutions qu’on leur propose afin d’être pleinement ensemble, sans risque de dérapage…mortel.
Un gros point positif de ce volume, me semble-t-il, est qu’il aborde sans tabou les relations sexuelles entre les jeunes gens, n’hésite pas à parler de préliminaires, de plaisir, de fantasmes ou d’envies, qu’ils soient masculins ou féminins, le tout sans tomber dans le graveleux, le vulgaire ou le voyeurisme. Il y a un aspect presque pédagogique dans la manière dont sont amenées les choses, sans doute parce que ce sont des scientifiques qui en parlent, notamment la mère d’Anzai. Pas de chichis, de fausse pudeur, pas de lubricité, on met des mots sur les choses, avec précision et clarté, et c’est un plus. Les lecteurs et lectrices ne sont pas pris pour des enfants irresponsables, on s’adresse à eux comme à des adultes, une manière de les responsabiliser. Certains seront peut-être gênés par l’aspect « appareillage » d’Anzai pour protéger Tsukasa, mais là encore les choses sont présentées de telle manière qu’on est loin du sado-masochisme, et la nature du jeune homme, les réactions qu’il pourrait avoir, justifient de telles mesures.
Enfin, Tsukasa a mûri, elle s’est prise en main et elle a enclenché une dynamique qui ne se serait sans doute pas mise en route sans la séparation temporaire avec Anzai.
Bref, ce tome est particulièrement riche, il approfondit l’univers dans lequel évoluent les personnages, tout en montrant le cheminement de diverses réflexions pour parvenir à une vie en commun pacifiée entre les vampires et les humains. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la série ne baisse pas en qualité, et c’est tant mieux ! 🙂

Autres tomes de la série :

Tome 1 (chronique)
Tome 2 (chronique)
Tome 3 (chronique)
Tome 4 (chronique)
Tome 5 (chronique)
Tome 6 (chronique)
Tome 7 (chronique)
Tome 8 (chronique)
Tome 9 (chronique)
Tome 11 (chronique)
Tome 12 (chronique)

amour demi-vampire humaine obsession traque meurtriers vampires amour demi-vampire humaine complot police assassinats vampire policier traque meurtrier complot assassinat amour manga vampires lutte protection organisations secrètes police meurtres poursuite amour amitié contrôle pulsions infiltration vampires amour police coéquipier expériences laboratoire manipulation enquête protection maîtrise vampire brigade policier passé mémoire piège lutte ennemis vampire brigade police infiltration double-jeu blessure don sang contrôle piège journalistes vampires humains cohabitation

 

Le 30.07.2018