Amalia, chasseuse d’âmes

de Gala de Spax, éditions Milady, 2018, ISBN 9782811220662, 5.99 € en e-book.

L’histoire :

Envoyée par son agent à Venise pour assister à un bal costumé et faire la promotion de son nouveau roman, Amalia se retrouve dans les ennuis jusqu’au cou à cause d’un inconnu qui se fait passer pour son guide. Non seulement elle lui fait trop vite confiance, mais en plus, elle est la seule à le voir. Rentrée en France, elle multiplie les erreurs, au point qu’on la croit folle et qu’on la fait enfermer. Toutefois, ayant découvert la vérité entretemps, elle s’échappe pour venir en aide à une amie qu’elle sait menacée…

Chronique :

Avec ce roman, j’avoue avoir un avis très mitigé. Dès le début, j’ai trouvé le personnage trop naïf, les situations un peu grosses, et ce, jusqu’à ce qu’Amalia se retrouve au plus bas. J’ai levé les yeux au ciel je ne sais combien de fois, même si certains ressorts sont bien amenés. Le personnage fait gourde à de nombreuses reprises, et je n’ai pas trop apprécié le fait qu’elle se repose autant sur Arnold (ce satané cliché du chevalier et de la demoiselle en détresse…). Malgré tout, Acarie et son fonctionnement sont intéressants, le duo exterminateur/ chasseur d’âmes aussi, et l’autrice fait preuve d’imagination. La base de l’histoire est originale et le fantastique sort des clichés habituels.
Quand Amalia se décide enfin à ne plus faire l’enfant, les choses deviennent plus captivantes, notamment avec Yamada et les particularités de la clinique. De même, l’évolution du statut d’Arnold est un plus, car le regard porté sur lui est diamétralement à l’opposée, selon qu’il est acarinien ou terrien, alors qu’il s’agit de la même personne. Comme quoi, selon les personnes auxquelles on a affaire, notre valeur personnelle est plus ou moins reconnue !
Le roman oscille entre gravité et une pointe de légèreté, il n’est pas désagréable, distrayant, mais j’ai trouvé un certain nombre de situations ou rebondissements un peu outrés. Globalement, Amalia me semble assez fade, souvent dépendante du bon vouloir des autres et peu combative. Heureusement qu’elle s’améliore sur la fin !
Bref, c’est un roman distrayant, mais aussi agaçant par certains aspects. À vous de vous faire votre propre avis 😉

Le 20.01.2021