Aes Sidhe #1

Tome 1 : La meute maudite

par Alfreda Enwy, éditions Milady, 2020, ISBN 978-2-8112-2222-2, 5.99 € en e-book ou ISBN 978-2-8112-3412-6, 20 € en version papier.

L’histoire :

Niamh, vétérinaire lycan, ne vit que pour soigner. Désireuse d’un peu d’indépendance, elle a quitté la réserve où vivent son père, alpha, et sa meute, mais retourne les voir régulièrement, notamment pour les nuits de pleine lune. Lorsqu’un mal étrange semble frapper tous les lycans hormis elle, la jeune femme doit chercher de l’aide ailleurs. Contrainte de demander le passage à un alpha changeforme de sinistre réputation pour trouver une chamane, elle se retrouve avec un acolyte malgré elle, à la fois redoutable et exaspérant. Toutefois, ils ne seront pas trop de deux pour contrer ce qui frappe sa meute…

Chronique :

Après avoir lu la quatrième de couverture, j’avoue que j’ai hésité à acheter ce livre, car le résumé ressemblait à beaucoup d’autres, parfaitement prévisible. Heureusement que je me suis malgré tout laissé tenter, car pour une fois avec de la bit-lit, je n’ai pas pesté et j’ai passé un bon moment, ce qui devient rare avec ce genre.
Dès le début, j’ai apprécié que Niamh, notre personnage principal, soit avant tout une soignante, quelqu’un qui sauve. Le fait qu’elle soit une louve la rend coriace, lui donne des avantages physiques, d’autant qu’elle ne manque pas de caractère, mais ce n’est pas une tueuse pour autant. Elle est capable de se battre si nécessaire, mais elle n’en a jamais vraiment eu l’occasion, protégée comme elle l’a été au sein de sa meute. Et c’est un point qui justement n’est pas négligeable, car il va permettre une évolution du personnage.
En effet, fille du chef surprotégée par son ami Andrew, Niamh n’a jamais été véritablement en proie à de grandes souffrances ou à un danger terrible. Elle n’a pas connu sa mère, toutefois elle a vécu heureuse et en sécurité jusqu’ici. Or, les événements vont la bousculer et l’obliger à changer, à « sortir les tripes », et elle n’y est pas préparée.
C’est là que le second personnage le plus important de l’histoire intervient, Khael, l’alpha changeforme. Le personnage est assez classique pour ce genre de littérature, grand, beau, fort, redoutable… j’en passe et des meilleures, mais il est utilisé de manière intelligente. Au lieu de se comporter simplement en « mâle dominant » qui veut absolument faire plier sa proie, il la pousse à se révéler à elle-même et lui offre un autre regard sur ses dons. D’une certaine manière, parfois irritante ou provocante, il l’accompagne et la fait grandir. Il devient petit à petit un véritable partenaire.
Bien sûr, on retrouve quelques clichés de la bit-lit, entre la demoiselle en détresse qui a besoin d’être sauvée ou protégée et l’homme forcément fort, viril et redoutable, mais pour une fois c’est accessoire.
Non seulement la romance n’occupe pas toute la place au détriment de l’intrigue, mais en plus les personnages ont une dynamique commune qui permet à Niamh d’avancer. C’est une héroïne très humaine avec ses doutes, ses failles, et sa peur d’être rejetée par ceux qu’elle aime s’ils apprenaient son secret. Khael lui permet d’être elle-même pleinement, et lui ouvre les yeux sur ce qu’elle n’a pas voulu voir pendant des années sur le rôle de son père. À certains égards, il se comporte en mentor et non en prétendant, quand le besoin s’en fait sentir. Toutefois, je regrette que la relation soit assez déséquilibrée, dans le sens où il apporte beaucoup à Niamh, mais l’inverse ne saute pas aux yeux en dehors des soins. Même si la jeune femme dit qu’il la traite en égale, il est toujours présenté comme supérieur à elle, même de manière indirecte. Espérons que cela évoluera dans la suite de la série, puisque ce n’est que le premier tome. J’aimerais également qu’il y ait moins de coquilles, parce que franchement il y en a quand même un certain nombre…
Bref, j’ai passé un bon moment avec ce roman, j’ai apprécié l’évolution de Niamh au contact de Khael, et je suis curieuse de la suite de leurs aventures. 🙂

Le 08.07.2020