Extras #29

Avec cet ouvrage, je suis volontairement sortie de ma zone de confort. Si je ne le regrette pas, je considère que la vision du rôle des robots dans notre société est faussée. Si l’autrice insiste sur l’importance de règles éthiques présidant à la création d’intelligences artificielles de plus en plus complexes et performantes, certains propos, qui ne sont pas de son fait, me semblent marcher sur la tête.
Par exemple, envisager de créer des robots-abeilles afin de remplacer les véritables abeilles, victimes des pesticides, au lieu de s’attaquer véritablement au problème que représentent ces produits. Optimiser les humains en leur adjoignant des implants (cyborgs) afin qu’ils deviennent plus productifs (on imagine sans mal certains employeurs et grosses firmes s’engouffrer dans la brèche pour abuser de la situation, que ce soit par discrimination à l’embauche ou exploitation à outrance sur le lieu de travail…) Ou encore aller coloniser Mars pour remédier à l’épuisement des ressources naturelles et à la surpopulation… Autant de solutions qui n’en sont pas, puisqu’il s’agit de déplacer le problème au lieu de le prendre à bras-le-corps. Sans oublier que ces fameuses intelligences artificielles réclament pour leur construction des matériaux dont les réserves ne sont pas inépuisables… Le développement durable et le respect de l’environnement sont évacués des questionnements, ce qui ne peut aboutir qu’à une réflexion tronquée et faussée selon moi.
Ce livre permet de démystifier le robot, de pointer du doigt ce qu’il reste à faire, notamment en matière de législation, il rappelle aussi la responsabilité du pouvoir politique quant à la protection des personnes et de leurs données. Il dépeint également un avenir possible inquiétant, où l’être humain aurait tôt fait d’être dépossédé de la maîtrise de sa vie, étant sous surveillance presque permanente, tout en évoluant dans un monde de plus en plus déshumanisé puisque nombre de relations et d’interactions liées aux émotions ne seraient plus authentiques en ayant affaire à des machines. Les robots ne peuvent qu’imiter l’empathie et les émotions, ils ne savent rien du plaisir, de la colère, de la peur, du bonheur et autres ressentis puissants qui nous animent. Il leur manquera donc la dimension émotionnelle et la chaleur humaine qui font toute la richesse des interactions entre les personnes.
Si nombre d’intentions dans la recherche sur ces intelligences artificielles visent à une amélioration de notre vie et un plus grand confort, comme par exemple permettre aux personnes âgées de rester plus longtemps chez elles autonomes, là encore il s’agit de déplacer le problème ou de ne pas le regarder sous le bon angle. Par ailleurs, nous ignorons encore de nombreuses choses sur le fonctionnement de notre cerveau, les neurosciences sont en pleine phase de découverte, aussi comment pourrions-nous donner naissance à des intelligences artificielles qui ne soient pas lacunaires, alors même que nous ne savons pas comment notre propre intelligence se constitue ? Elle est liée au corps et au ressenti, une dimension encore une fois que des machines ne possèdent pas.
Bref, si je ne regrette pas ma lecture, ce livre poussant à réfléchir sur un certain nombre de sujets et établissant un état des lieux de la recherche à l’heure actuelle, je ne pense pas que cette course en avant technologique soit à notre avantage d’un point de vue humain. Elle risque de se faire au détriment de notre liberté et de notre empathie. Toujours est-il que si vous voulez vous faire votre propre idée, je ne peux que vous recommander de le lire et d’y réfléchir. 🙂

Des robots et des hommes, Laurence Devillers, éditions Plon, 2017, ISBN 978-2-259-25227-0, 16.90 €

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s