Whisky, violon, cornemuse…

Et bonnes fées

Lorsque des fées écossaises débarquent à New York et sèment la pagaille malgré elles… Un roman léger et réjouissant 🙂

fées New York fuite guerre alliance émancipation liberté chamailleries influence
Éditions Gallimard (folio SF)

Accéder à la chronique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s